Vivre à Tokyo, une vie à la fois frénétique et hors du temps!

La mégalopole la plus peuplée du monde vous promet une vie à 100 à l’heure entre dépaysement, technologie, et culture ancestrale!

VIVRE A TOKYO

La capitale japonaise séduit par les perspectives de vie qu’elle offre : entrer dans une sorte de troisième dimension. Tokyo en quelques chiffres c’est plus de 13 millions d’habitants, une superficie de 2 188 km² et 13 lignes de métro. Côté climat, il est tempéré et les saisons sont les mêmes qu’en France (notez tout de même que la nuit tombe tôt sur la mégalopole). Voyons maintenant à quoi ressemble réellement la vie à Tokyo, let’s go!

LES QUESTIONS PRATIQUES

Logement : Où habiter et à quel prix?

Comme quartiers sympas, on vous conseille d’aller autour de Ueno-Koen (certes c’est un peu cher mais il y a beaucoup de verdure et ça c’est agréable, au milieu des grattes ciel!), ou pour les plus petites bourses, le quartier de Shinjuku très fréquenté par les étudiants. Par rapport au loyer, il faut savoir que même si l’on se trouve en Asie, Tokyo est une capitale, il faudra alors compter pour un studio entre 800 € et 900 €…

3-Quartier Ueno Koen

Niveau de vie et pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat d’un français sur place dépendra de son salaire, si il est français il sera indexé sur l’euro ou japonais. Sachez que le salaire moyen est de 200 000 ¥ (environ 2 000 €), ce qui pourrait paraître plus que raisonnable, mais c’est un salaire qui a des très faibles chances de fluctuer durant une carrière. En conclusion votre niveau de vie sur place pourra être convenable, mais gardez en tête que Tokyo est une capitale, et que tout y est cher. Par rapport aux courses vous avez la possibilité d’aller dans les supermarché des gares, dans les « 100 Yen shop » (des magasins populaires à prix uniques), et surtout Internet dans une ville ou l’évolution technologique est à la pointe.

Comment se déplacer sur place

Par rapport aux moyens de transports vous avez le bus, le métro (et ses 13 lignes), le train, mais ce qui vous reviendra le moins cher reste évidemment le vélo. Le soucis c’est qu’au Japon, il existe une quantité énorme de compagnies privées différentes. Si vous prenez le métro et que vous avez payé 250 ¥, si vous devez changer de ligne et que celle-ci appartient à une autre compagnie, vous devez repayer la suite du trajet. Chaque trajet valant entre 2 et 3 €, votre journée de transport peut vite vous coûter entre 10 à 15 € (il faut donc être vigilant!). Vous l’avez compris, à moins d’avoir une carte scolaire (réservée aux enfants), d’être une personne âgée, ou bien d’être salarié d’une entreprise prenant en charge votre carte de transport, se déplacer à Tokyo est très cher!

4-Quartier Ueno Koen

LE RYTHME DE VIE

Rester en contact

Bien que l’une des choses les plus développées au Japon soit les moyens de technologie moderne, les connections dépendent de diverses compagnies et ce à différents prix. Mais en moyenne c’est raisonnable. Le coût d’une connexion internet varie de 20 à 30 € par mois. Pour pouvoir se connecter sur un réseau public, il faut avoir un abonnement personnel (chez soi) et utiliser ses propres codes pour se connecter au réseau public (comme les hotspots en France). Certains lieux restent encore à l’ancienne (bars, restaurants, hôtels etc.) et vous proposent un câble de connexion au réseau local.

Comment se divertir

Avant d’envisager de partir vivre à Tokyo, il faut savoir qu’il est très difficile de se créer une vie sociale au Japon. Les Japonais ne sont pas « friendly » et sont xénophobes. Au coup par coup il est possible de discuter à droite à gauche, mais les liens sont très difficiles à créer. On ne frappe pas à la porte de son voisin facilement. Même si la politesse japonaise est connue, elle n’existe que par obligations professionnelles. Sortie du travail, le japonais moyen redevient l’anti « gaïjin » (étranger). Même dans les couples « mixtes », la belle-famille accepte difficilement la personne étrangère…

Niveau divertissement, les habitants sont accros au shopping… il y a des centres commerciaux (de vrais labyrinthes) un peu partout : gares, souterrains du métro, certains quartiers et alentours de Tokyo. Ils sont toujours bondés de monde. Egalement on retrouve partout les « pashinko » (machines à sous), tellement qu’on peut croiser des machines à jetons pour enfants dans les centres commerciaux. Enfin, vous pourrez sortir dans les nombreux bars (à thème, à saké…), et dans les karaokés qui sont des salles privées que vous réservez entre amis (soyez à la fois les chanteur et votre propre public).

Le style de vie et différences culturelles

Autant vous dire que le mot « dépaysement » est faible pour qualifier le sentiment d’un français à Tokyo. Il y a le monde et il y a le Japon…..c’est plus qu’un autre monde, vous avez parfois le sentiment d’être sur une autre planète. Concernant les différences fondamentales avec la culture française, la liste serait trop longue à énumérer. L’un des seuls avantages d’être Français est que les Japonais fantasment sur la France et la langue française à un haut niveau. Il existe dans tout le Japon des enseignes de magasins, des publicités, des sacs que les japonais portent avec fierté sur l’épaule donnant l’impression qu’ils voyagent en « franponais » (du français qui n’a pas toujours de sens).

POURQUOI CHOISIR DE VIVRE A TOKYO PLUTÔT QUE DANS UNE AUTRE VILLE?

Choisir Tokyo c’est soit parce que vous avez décroché un super travail, soit parce que vous faites partie d’un programme d’échange avec l’université en France, soit parce que vous vivez avec un Japonais de Tokyo et surtout parce que vous aimez la GRANDE ville et la vie urbaine. Dans tous les cas venir vivre dans cette ville frénétique, vous apportera toujours du bon culturellement parlant!

Et vous, avez-vous déjà vécu à Tokyo, où pourriez l’envisager? À moins que vous réservez cette destination pour votre tour du monde ?

  1. Merci pour le commentaire, c’est toujours bien d’avoir plusieurs points de vue!
    Malheureusement pour moi le fait que les japonais soient « xénophobes » n’apparaît pas comme un cliché mais comme une réalité… Certes il ne faut pas stigmatiser et dieux merci, j’espère qu’on arrive tout de même un jour à avoir un minimum de vie sociale avec la population locale! Or je trouvais ça important de le préciser pour les gens envisageant de partir vivre à Tokyo !!

    N’hésitez pas à continuer de réagir sur nos articles, à bientôt !

  2. J’ai trouvé que les Japonais étaient de loin parmi les plus sympathique avec les touristes. Mais pour avoir parlé sur place avec un Français expatrié je sais qu’y vivre est une autre histoire. C’est peut-être la raison pour laquelle le pays est si dépaysant !

  3. Tokyo.. la ville qui m’a coûté un bras alors que je n’y suis resté que 10 jours 🙂 J’y étais au moment de la fameuse explosion du volcan islandais au nom imprononçable et des quarantenaires étaient bloqués là bas depuis 15 jours : ils étaient obligés de se loger dans des dortoirs car le prolongement imprévu de leur séjour avait ruiné leur budget..

  4. Salut,

    je commente cet article par rapport à une phrase que tu dis et qui, disons le clairement, me bloque:

    « Les Japonais ne sont pas « friendly » et sont xénophobes. »

    A lire ta phrase tous les japonais sont xénophobes. Mais quand tu regardes la définition du mot Xénophobe dans le dictionnaire, allez prenons le Larousse, tu obtiens: Hostilité systématique manifestée à l’égard des étrangers.

    Les japonais montrent-ils tous de l’hostilité envers les étrangers? NON.

    Et puis, je pense que tu confonds hostilité et peur de l’étranger (dans le sens où il y a une méconnaissance des étrangers et de leur culture qui font que les japonais en ont peur, pas dans le sens où les étrangers seraient effrayant).

    Il ne faut pas oublier que ce pays a été fermé pendant plusieurs siècles, sur l’étranger, et que c’est depuis 1945 qu’il découvre les étrangers vivant chez eux, en nombre.

    Pour faire simple tu confonds Xénophobie et ce que les scientifiques ont appelés « Gaijin Complexe », phénomène courant au Japon, qui démontre que les japonais, faute de connaissance envers les Gaijin, en ont peur:

    http://www.gaijinjapan.org/les-gaijin-et-les-japonais-le-gaijin-complexe/

    Avoir peur et être hostile sont 2 choses diamétralement opposée et il ne faut pas les confondre. Le régime de l’apartheid en Afrique du Sud était xénophobe, mais les japonais, dans leur très grande majorité (comme tous les peuple du monde d’ailleurs) ne sont pas xénophobes. Ils ont juste une méconnaissance des étrangers et de leurs cultures.

    Sinon, j’aimerais aussi revenir sur le coût des loyers que tu cites

     » il faudra alors compter pour un studio entre 800 € et 900 € ». C’est cher et infondé pour le quartier de Ueno que tu cites là. Entre Okachimachi et Tabat (donc incluant Ueno, Uguisudani, Nippori et Nishi-Nippori) c’est la zone la moins chère en terme de loyer à proximité de la Yamanote line. Un studio à 800 ou 900 euros est un studio neuf qui vient d’être construit. C’est dommage de donner juste 2 chiffres sans donner de détails car cela n’a aucune véritable valeur en soit.

    1. Hello Tunimaal,

      Merci pour ce commentaire au combien intéressant. Malheureusement, May ne rédige plus d’articles pour le site et tu n’auras même pas le droit à une réponse enrichissante …
      N’ayant jamais vécu au Japon, mais en Chine, tout semblait si différent entre ces pays que je ne prendrais pas la peine de contredire la rédactrice de l’article ou toi.
      Merci donc, et n’hésites pas à continuer à contribuer cependant ! 🙂

      Bruno

    2. « C’est dommage de donner juste 2 chiffres sans donner de détails car cela n’a aucune véritable valeur en soit. »
      Oui, les informations erronées partiellement ou totalement ont la valeur d’induire les lecteurs qui leur accorde un certain crédit, en erreur.
      Semer le mensonge sert à nuire. C’est ça valeur. Le plus noir des mensonges c’est la moitié d’une vérité.
      Merci pour ta mise au point qui démontre les infos mensongères qui peuvent fort bien correspondre au vécu de l’auteur mais il ne faut pas en faire une généralité.
      L’auteur aurait pu fort bien écrire de façon beaucoup plus claire. Bref c’est dommage ….

  5. Merci pour le commentaire, mais en tant qu’habitant est-ce qu’il y a des aides financière pour les logements comme en France?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.